Be The Wolf - Torino

Catégories : Chroniques
Be the wolf - torino.jpg
Bienvenue aux amateurs ou amatrices de Rock ou tout bonnement aux passionnés de Frederico Mondelli, compositeur et guitariste-chanteur de Be The Wolf, Frozen Crown et Volturian. Aujourd’hui nous allons nous pencher sur le quatrième album du trio Rock Be The Wolf, Torino, qui sort le 15 janvier chez Scarlet Records, leur label de toujours ; il est cependant déjà disponible depuis le 23 décembre 2020 chez Avalon, un label japonais.

Torino n’est pas un titre choisi au hasard car il est le nom de leur ville d’origine : Turin. Cette ville aura même le droit à sa petite chanson de deux minutes alliant Synthwave et Rock pour illustrer l’important impact qu’elle a eu sur eux et qu’elle a toujours. Elle pourra d’ailleurs nous rappeler dans une certaine mesure Action de leur précédent album même si les deux musiques n’ont pas du tout les mêmes ambitions.


Le groupe revient donc deux ans après leur dernier album Empress plus typé Heavy-Rock et rentre-dedans que leurs prédécesseurs. On était donc en droit de se demander vers quelle direction le groupe allait se tourner pour leur retour : allait-il continuer à dynamiser leur son en s’enfonçant de plus en plus dans le Metal ou allait-il nous offrir quelque chose d'autre ? Surtout que Frederico Mondelli a fondé entre-temps un projet de Metal Gothique (Volturian) et que la pochette qu’il nous a réservé pour cet album semble annoncer un album peut être plus moderne voire électronique.
Mais il semble qu’il ait plutôt choisi la deuxième option : on est face à un intrigant mélange de toutes les différentes atmosphères rencontrées jusqu’à lors dans la discographie du groupe. On pourra se délecter de morceaux comme Teenage Mutants au son très proche de leur album Rouge, April qui sera plus proche de Imago ou bien Pretty Little Things qui sera quant à lui plus du côté de Empress.

Bref, rien de bien original me direz-vous par rapport aux différences habituelles que l’on pouvait remarquer entre chaque album du combo, mais on navigue plus ici dans un Best-of de leur carrière, donc l’écart est bien sûr excusé. Laissez-vous donc bercer par cette ambiance plutôt agréable de voyager en terrain connu. Après pour les curieux ou curieuses de passage, peut-être que l’album ne vous paraîtra pas si facile d’accès avec le timbre particulier du chanteur Frederico Mondelli, mais sachez qu’il en fait aussi le charme ! Sinon, les mélodies très accessibles et très Rock pourront faire pencher votre cœur d’un côté ou de l’autre de la balance ; mais rassurez-vous on ne sombre pas dans du Pop Rock pur jus, le groupe conserve en effet assez de dynamisme pour nous livrer un résultat final dansant et attirant.


Bien que j’ai pu être sceptique sur ce que pouvait sortir Be The Wolf avec cet album, Torino se dévore très facilement ! Ce dernier est d’ailleurs plus homogène qu’Empress selon moi donc pourra sûrement s’apprécier d’autant plus. Malheureusement, il est aussi plus court que son prédécesseur qui n’excédait déjà pas les 38min. Malgré tout, ces 34min passent très bien et nous évitent de tomber sur un potentiel morceau "déchet".


Ainsi, si vous êtes fan du groupe, Torino vous ravira ! Le groupe signe là encore un album efficace et très Rock’n Roll qui saura vous plaire si vous aimez le Rock saupoudré de Pop, car en effet Be The Wolf renoue aussi avec son côté Pop et Pop Rock de ses deux premiers albums. Ainsi si vous avez accroché au groupe grâce au pur Rock'n Roll de Empress peut-être qu’il vous faudra un certain temps d’adaptation pour réellement succomber au charme de Torino.

Par Gauvain - 15/01/2021

Commentaires

Pas de commentaires sur cette article !